Catégories
Apiculture

Qu’est ce qu’un enfumoir?

L’image de l’apiculteur est généralement associée à sa combinaison blanche – qui le protège de la tête aux pieds des piqûres d’abeilles – ainsi que par l’utilisation qu’il fait d’un outil métallique nommé enfumoir. Nous verrons dans cet article la nature de cet instrument très important et de son fonctionnement. Nous vous souhaitons bonne lecture.

La fumée et les abeilles…

Les abeilles sont des insectes originaires des forêts des régions tempérées et tropicales d’Europe, d’Asie et d’Afrique. Ces insectes sociaux bâtissent des nids de préférence dans les cavités des arbres.

Les millions d’années d’évolution ont confronté les abeilles aux incendies de forêts. Si leur nid ne peut être déménagé à l’approche du feu, les abeilles peuvent néanmoins sauver leur vie et le maximum de miel.

Ainsi, la présence de la fumée suffit à placer les abeilles en état d’alerte. Face à cette menace, les abeilles vont se précipiter vers les alvéoles où est stocké leur miel. Elles vont remplir leur jabot de miel et se tenir prêtes pour prendre la fuite. Si les fumée devient plus dense et chaude – signes que le désastre ne peut être évité – toute la colonie sort du nid et s’éloignera du brasier.

L’usage de la fumée est connu depuis très longtemps par les collecteurs de miel. Des peintures rupestres présentent des hommes enfumés des nids d’abeilles. Et l’on retrouve encore ces pratiques ancestrales dans certaines régions reculées comme au Népal.

Les abeilles vous passionnent ? Formez-vous en apidologie.

Les abeilles sont des insectes gardés depuis des centaines d’années par les Hommes. Mais elles gardent aussi un comportement indompté. Garder des abeilles et pratiquer une apiculture responsable demande une formation préalable adaptée et des connaissances étendues en apidologie. Découvrez notre formations à distance !

A quoi sert l’enfumoir ?

L’enfumoir est un outil très important, car il permet d’assurer la sécurité de l’apiculteur durant les opérations menées sur ses ruches. Il doit toujours être présent et correctement allumé. En effet, les abeilles sont capables de réactions de défense et peuvent piquer la personne perçue comme une menace pour la colonie.

Certains apiculteurs n’utilisent pas de fumée durant l’ouverture de leurs ruches sous prétexte que leurs abeilles sont douces. Il existe en effet des lignées moins défensives que d’autres. C’est la cas par exemple des abeilles italiennes ou de la race Buckfast©. Mais toutes les abeilles – aussi douces soient-elles – peuvent avoir leurs mauvais jours. Les facteurs qui influencent leur tempérament sont :

  • Les conditions météorologiques
  • Les manipulations et l’odeur de l’apiculteur
  • L’état de santé de la colonie

Les abeilles sont très sensibles aux odeurs. Elles communiquent entre elles par des molécules odorantes, les phéromones, notamment pour “sonner l’alerte” et coordonner une attaque.

L’enfumoir peut aussi être utilisé pour désinfecter le lève-cadre, lorsque l’on passe de l’ouverture d’une ruche à une autre. Beaucoup de maladies – et notamment celles causées par les agents microbiens – peuvent être propagées par du matériel qui n’est pas propre. L’enfumoir – et notamment sa cuve qui contient du combustible porté à haute température – permet de stériliser les outils métalliques. Il suffit de placer chaque extrémité du lève-cadre pendant quelques secondes dans la cuve où brule le combustible pour tuer les microorganismes.

Comment fonctionne un enfumoir ?

Un enfumoir permet de faire brûler lentement un combustible afin de produire une forte quantité de fumée. Le soufflet est actionné par l’apiculteur et module ainsi le volume de fumée produit. Il existe divers types d’enfumoirs, mais tous suivent le même principe.

Eléments constituants d'un enfumoir.
Chaque partie de l’enfumoir remplie une fonction particulière. Le soufflet (A) permet de propulser de l’air au travers du combustible gardé dans la chaudière (C). Et le bec concentre le flux de fumée pour le diriger à l’endroit souhaité.

Comment bien l’allumer ?

L’allumage de l’enfumoir peut sembler facile, mais il n’en demeure que beaucoup d’apiculteur débutants rencontrent des problèmes pour maîtriser son emploi.

Il ne faut pas hésiter à s’entraîner à cette tâche, afin d’être autonome et d’obtenir une fumée de qualité voulue. Le passage par un stage en rucher école permet d’apprendre les rudiments de la préparation et de l’usage de l’enfumoir.

Quel type de combustible ?

Le type de combustible utilisé est très important. Il faut placer dans la chaudière de l’enfumoir suffisamment de matière pour obtenir la fumée nécessaire pour l’ouverture de toutes les ruches. Un enfumoir correctement préparé peut être utilisé pendant plus d’une demi-heure. Il faut aussi utiliser un combustible qui dégage une fumée la moins toxique possible. Bien que les dépôts sont négligeables, n’oubliez pas que des cendres et autres produits de combustion se déposeront sur le miel et les rayons de cire. Il faut donc écarter tous les matériaux qui contiennent des plastiques, des colles et des colorants. C’est le cas de la plupart des papiers et des cartons. Et il ne faut pas enfumer inutilement.

Le foin et l’herbe séchées sont faciles à obtenir et l’apiculteur en fera une réserve suffisante. Ce combustible est employé par la plupart des apiculteurs et l’odeur de la fumée n’est pas trop agressive. Il est aussi possible d’employer de la toile de jute ou de vieux chiffons, bien que leur usage soit moins agréable pour l’odorat.

En région méditerranéennes, les feuilles d’eucalyptus peuvent être employées en mélange avec du foin ou des aiguilles de pin pour produire une fumée à l’odeur agréable. Il en va de même pour le romarin et autres plantes aromatiques.

Certains apiculteurs utilisent des granulés pour animaux herbivores, mais il est aussi possible d’acheter des granulés spécialement fabriqué pour la combustion. Ceux-ci peuvent être utilisés seul ou en mélange avec du foin par exemple.

Pour anecdote, dans certaines régions d’Afrique, les apiculteurs utilise les crottes desséchées de grands herbivores des savanes. Sous nos latitudes, il est envisageable de faire la même chose avec des bouses de vaches.

Quel type de flamme ?

On peut tout simplement utiliser la flamme d’un briquet ou bien celle d’une allumette. Il conviendra de trouver un endroit abrité des courants d’air pour que l’allumage soit rapide. Certains apiculteurs – et surtout les professionnels – utilisent un chalumeau pour que le départ de la combustion soit plus rapide.

Il faut faire bruler du combustible que l’on aura placé au fond de la chaudière. On veillera à ce que la grille qui se trouve au fond de la cuve soit bien placée. Une fois que le combustible à pris feu, on hâtera la combustion et le dégagement de fumée en actionnant le soufflet. Puis on ajoutera progressivement de nouveau du combustible, sans asphyxier la braise naissante. On peut remplir la chaudière au trois quarts. L’action continuelle du soufflet est nécessaire durant l’opération de remplissage. Sinon la braise risque de s’éteindre.

Enfumoir à l'ouverture d'une ruche
Les abeilles répondent rapidement à la présence de la fumée. Il n’est pas utile de trop enfumer la ruche. Quelques volutes sont suffisantes. Source photographique : Pixabay

Avant de refermer le bec de l’enfumoir, on placera sur le dessus du combustible une grosse poignée d’herbe fraîche. Celle-ci aura pour effet de refroidir la fumée expulsée. En effet, la fumée produite ne doit pas être trop chaude. On en fera la vérification en passant de la fumée sur sa main. Les abeilles n’apprécient pas la fumée chaude, qui pour elles est le signe qu’un feu est “aux portes” de leur nid. Certaines colonies alors trop stressées peuvent réagir vivement. Allant jusqu’à déménager par la suite d’un enfumage trop important.

Quelles sont les précautions à prendre ?

Il convient de rappeler que la fumée produite par l’enfumoir est nocive pour la santé de l’apiculteur. Des usagers qui ont inhalé pendant plusieurs dizaines d’années cette fumée, ont développé des maladies pulmonaires proches de celles des fumeurs de tabac. Il faut donc utiliser le moins de fumée possible et tenir compte – lorsque cela est possible – de la direction du vent pour se positionner.

De plus, l’enfumoir contient un foyer incandescent. Le contact avec le foyer est généralement limité par la présence d’une grille. La température des éléments métallique devient très élevées et le risque de brulure est réel. Il faut également faire attention de ne pas poser l’enfumoir sur des surfaces en plastique par exemple.

Pour finir, il faut prendre garde au risque de déclencher un départ d’incendie. Celui-ci pour survenir lorsque le contenu de l’enfumoir est jeté ou que l’enfumoir – mal fermé – s’ouvre par mégarde. Quelques braises peuvent être à l’origine d’un désastre ! Il ne faut pas non plus laisser un enfumoir sans surveillance.

Il est donc préférable d’étouffer les braises en bouchant hermétiquement le bec de l’enfumoir. La combustion sera stoppée rapidement lorsque tout l’oxygène de la cuve aura été consommé. On obtient le même résultat en couchant l’enfumoir sur le côté. La fumée s’accumule alors à l’intérieur de la cuve est la combustion est stoppée après quelques minutes.

En aucun cas, il ne faut vider les cendres à l’extérieur. Il est plus prudent de les rapporter chez soi et de les vider dans un seau métallique gardé à cet effet.

Où acheter un bon enfumoir ?

Il est facile de trouver un enfumoir dans le commerce. Il faudra orienter son choix vers des outils de qualité supérieure. L’apiculteur amateur qui possède moins de dix ruches n’aura pas besoin de s’équiper avec des enfumoirs volumineux.

Afin de trouver un enfumoir suffisamment solide, il faut consulter l’offre des commerces spécialisés. La plupart des magasins d’apiculture proposent l’achat en ligne et l’expédition de leurs fournitures. Leurs vendeurs seront capables de vous conseiller et de vous orienter vers la gamme ou le modèle qui correspond le mieux à votre pratique de l’apiculture.